Written by  Nov 21, 2020 - 1792 Views

Perte de l'odorat post-covid:la rééducation olfactive

Sky world news /Santé /l’anosmie est une nébuleuse tant dans la prise en charge que dans le traitement.

Cette maladie est terriblement méconnue dans le monde.

Mais cela pourrait changer, grâce ou à cause ? de la pandémie. Au moindre symptôme, on s’improvise médecin et l’on recherche soi-même à établir son propre diagnostic sur le net.

Au mois de mars 2020, alors que le monde est touché par la pandémie. Les patients Covid-19 qui ont une perte d’odorat auraient en effet dix fois moins de chance d’être hospitalisés selon une étude d’une équipe de l’Université de Californie à San Diego.

S’il n’est plus rare d’en entendre parler, avant le coronavirus, la perte d’odorat, aussi appelée anosmie , était pourtant méconnue, voire inconnue, du grand public.

Il existe plusieurs causes à l’anosmie : cela peut être un traumatisme crânien, une infection virale, certaines personnes ont perdu l’odorat suite à une grippe ou un simple rhume, ce sont généralement des pertes d’odorat brutales ou parfois une cause inconnue.

Les maladies dégénératives peuvent également faire perdre l’odorat, c’est le cas d’Alzheimer par exemple.

Entre ces différentes causes, la perte d’odorat peut être mécanique :toucher les sinus et la réception de l’odeur ou bien centrale c’est-à-dire toucher le système nerveux.

Dans ce dernier cas, les patients sentent l’odeur mais c’est un signal erroné. Pour le coronavirus, la diffusion dans le système nerveux n’est pas encore bien connue mais elle est probablement à l’origine des séquelles olfactives.

Autrement dit, la perte de l’odorat post-Covid ne serait pas comme une perte d’odorat post-virale classique dans la mesure où elle crée, chez certains patients, des conséquences différentes.

La phantosmie le fait de sentir une odeur qui n’existe pas en permanence ou la parosmie , le fait de sentir une pomme alors qu’on a le nez sur une fraise. Cette suspicion d’atteinte du système nerveux nécessite pour les médecins une prise en charge globale.

Cela permettrait d’améliorer les chances de récupération, d’en savoir plus sur les effets du coronavirus mais aussi d’optimiser la seule solution proposée par le corps médical aujourd’hui : la rééducation olfactive. il n’y a aujourd’hui pas de médicament significativement efficace pour récupérer l’odorat.

Il n’y a même pas de traitement recommandé par les sociétés savantes médicales, et ce, avec ou sans Covid. La seule chose à faire ? De la rééducation olfactive, un long processus contrôlé par l’ORL avec différents examens avant et après. 

La rééducation olfactive permet dans 60 à 70% des cas qui ont perdu l’olfaction suite à une infection virale de retrouver une satisfaction quotidienne.

On n’a pas encore assez de recul pour savoir si c’est aussi le cas avec le coronavirus, on est encore en phase exploratoire. Et se lancer dans la rééducation olfactive sans avoir consulté de spécialiste, c’est possible ? Clair Vandersteen émet des réserves :  L’idéal reste d’avoir une aide médicale car le risque est d’abandonner en cours de route si on n’a pas de suivi.

Cela peut durer au-delà de 6 mois donc si on n’a pas de médecin pour suivre le process, on peut vite se décourager. Pourtant, il faut consulter le plus rapidement possible pour agir.

Postes en vedette

Contact Info

  • Lorem Ipsum is simply dummy text of the printing and typesetting industry. Lorem Ipsum is simply dummy text of the printing and typesetting industry.
  • No 1123, Marmora Road, Glasgow, D04 89GR.
  • (801) 2345 - 6788 / (801) 2345 - 6789
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…